Premiers plans pour le nichoir connecté

Ce midi à l’Open Lab, rencontre autour du projet open source hardware de nichoir connecté initié par les élèves du CIV avec le concours des bénévoles de POBOT et donc les participants de SoFAB.

Grâce à Marc, découverte d’un nouveau modèle de boitier pour Raspberry Pi, découpé dans du plexiglas transparent avec la machine laser.

wpid-20141121_121553.jpg

Les contraintes pour la conception et la fabrication nichoir ont été définies mardi par les lycéennes à l’initiative du projet et présentées pendant l’Open Lab avec Thierry et Julien.

wpid-20141121_124924.jpg

Expression du besoin :

  • intérieur : 120 x 120 mm
  • hauteur : 200 mm (vie des oiseaux + recul de la Raspicam)
  • sol suspendu posé sur les jauges de contraintes
  • cloison interchangeable : sur le côté avec GoPRO ou fermée

Application GoPRO en wifi pour voir la caméra.

La GoPRO voit les infrarouge du rayonnement thermique.

Capteurs :

  • température extérieure (depuis le boitier technique)
  • température intérieure sous le nid
  • température intérieure “à l’air” en haut du nid hors courant d’air
  • capteur de luminosité

Une correspondante de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) apportera son expertise pour valider les choix.

Pour le bois, il faut du bois brut, non traité, et donc pas lisse pour que les oiseaux picorent des fibres. L’essence sera confirmée : les nichoirs du CIV sont en pin Douglas (planches de terrasse). Pour l’intérieur et peut être pour l’extérieur. Éventuellement du mélèze.

La mésange fait entre 10 et 20 grammes : l’entrée dans le nid sera confirmée par une variation rapide de poids sur les jauges de contrainte, en filtrant les mouvements faibles correspondant à l’agitation des oisillons.

Pour avoir confirmation, une barrière optique pourra être posée sur l’ouverture du nid.

Thierry a eu une bonne idée pour réaliser des parois assez épaisses : utiliser deux planches de bois permettant d’insérer un isolant (les élèves étudient avec la LPO la nécessité d’un blindage électromagnétique) et même de cacher les capteurs et les fils. Ici, barrière lumineuse pour compter les entrées et sorties des oiseaux.

wpid-20141121_123155.jpg